Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2008 : 1 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240

Grossesse : pas d’anti-inflammatoires non stéroïdiens, même en application cutanée

Quelle que soit la voie d’administration, les anti-inflammatoires non stéroïdiens pris par la femme enceinte exposent l’enfant à naître à des troubles parfois graves.

Dans son numéro de septembre, Prescrire relaie une publication de l’agence française du médicament (Afssaps) relative au risque de la prise d’un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) pendant la grossesse.
Une femme kinésithérapeute enceinte utilisait, 2 à 3 fois par semaine, un gel à base d’AINS, dans le cadre de massages. À 22 semaines, une échographie a mis en évidence des anomalies avec diminution des mouvements actifs du fœtus. La prise d’AINS à 5 mois de grossesse expose le fœtus à un risque de fermeture prématurée du canal artériel et d’insuffisance rénale.
L’utilisation de l’AINS a été stoppée et l’échographie effectuée 3 semaines plus tard a été normale. L’enfant est né à terme avec un bilan normal à la naissance.
Cette observation est l’occasion de rappeler aux soignants et aux patients que, quelle que soit la voie d’administration, les AINS ne doivent pas être utilisés pendant la grossesse.

©Prescrire 1er septembre 2008

"AINS topiques : gare en cas de grossesse" Rev Prescrire 2008 ; 28 (299) : 664. Télécharger (pdf, 72 Ko).