Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2017 : 1 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150

Grossesse et nausées-vomissements bénins : mesures diététiques avant tout ; doxylamine si nécessaire

Des mesures diététiques rendent souvent tolérables les nausées-vomissements bénins liés à la grossesse. Tous les médicaments ont des inconvénients importants : sédation liée à la doxylamine, effets indésirables graves avec le métoclopramide.

Les nausées, accompagnées ou non de vomissements, surviennent chez plus de la moitié des femmes enceintes. Sans horaire particulier et persistant souvent tout au long de la journée, ces troubles ne s'accompagnent généralement pas d'anomalie physique ou biologique. Ces troubles sont plus fréquemment observés en cas de grossesse multiple ou chez les femmes sujettes au mal des transports ou aux migraines ou ayant eu des nausées ou des vomissements liés à un traitement estrogénique. Le plus souvent sans conséquence sur l'évolution de la grossesse, les nausées-vomissements bénins liés à une grossesse. Ils débutent en général avant la 8e semaine d'aménorrhée et disparaissent spontanément entre la 12e et la 22e semaine.

Pour les rendre tolérables, des mesures diététiques sont souvent suffisantes : prendre de petits repas fréquents ; boire à distance des repas, en petites quantités et souvent ; préférer les repas riches en protéines ou en sucres et pauvres en graisses ; éviter les odeurs fortes ; sortir à l'air frais ; se reposer en position allongée. L'acupressure et l'homéopathie permettent parfois d'éviter le recours à des médicaments. Le gingembre a une efficacité modeste et uniquement sur les nausées.

Quand un médicament est jugé nécessaire, la doxylamine (Donormyl° ou autre), hors autorisation officielle, est le traitement de premier choix, mais elle a des effets sédatifs importants.

En dernier recours, la métoclopramide (Primpéran° ou autre) est efficace mais il expose à des effets neurologiques et cardiaques graves. Les autres traitements ne sont ni plus efficaces ni moins nocifs dans un contexte de grossesse : dompéridone, métopimazine, méclozine, sétrons.

©Prescrire 1er juillet 2017

"Nausées ou vomissements bénins liés à une grossesse" Rev Prescrire 2017 ; 37 (405) : 522-525. (pdf, réservé aux abonnés)

Lire le texte complet
Pdf, réservé aux abonnés

Voir aussi :

Nausées et vomissements :
restriction d'utilisation
de la métopimazine
(Mai 2017)
Accès libre

Dompéridone : un médicament
longtemps banalisé, devenu
à écarter des soins
Rev Prescrire 2016 ;
36 (391) : 353.
Pdf, réservé aux abonnés

Métoclopramide, dompéridone :
morts subites confirmées
(Mai 2016)
Accès libre

Ondansétron et grossesse :
un doute sur des malformations
cardiaques
Rev Prescrire 2016 ;
36 (387) : 25-26.
Pdf, réservé aux abonnés