prescrire.org > Tous les articles en Une > Les 100 derniers > Prévention des crises de goutte : l'allopurinol (Zyloric° ou autre), faute de mieux

Article en Une

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

Les 100 derniers :  1 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90

Prévention des crises de goutte : l'allopurinol (Zyloric° ou autre), faute de mieux

Malgré l'absence d'évaluation clinique solide en situation de crises fréquentes de goutte, ou d'autres complications de l'hyperuricémie, réduire l'uricémie au moyen d'un médicament semble raisonnable, malgré les risques d'hypersensibilité grave. L'allopurinol (Zyloric° ou autre) est le médicament de premier choix.

La goutte est une conséquence d'une concentration élevée d'acide urique dans le sang (c'est-à-dire une hyperuricémie). Les crises de goutte se manifestent par une inflammation articulaire, souvent à la base d'un gros orteil.

L'efficacité des médicaments hypo-uricémiants pour prévenir les récidives de crises de goutte n'est pas solidement démontrée, malgré leur efficacité prouvée pour diminuer l'uricémie. Ces médicaments exposent tous à des effets indésirables rares, mais graves, notamment des réactions d'hypersensibilité (syndromes de Stevens-Johnson et de Lyell). Cela incite à ne proposer ces médicaments qu'aux patients qui, malgré la mise en œuvre de mesures diététiques et l'arrêt d'éventuels médicaments qui augmentent l'uricémie, ont des crises de goutte fréquentes (au moins 2 fois par an), ou quand une hyperuricémie particulièrement élevée expose à des complications graves (atteintes articulaires, insuffisance rénale, etc.).

Au vu des données d'évaluation, quand un médicament hypo-uricémiant semble souhaitable, l'allopurinol (Zyloric° ou autre) est le médicament de premier choix, en augmentant sa dose progressivement.

Quand les effets indésirables de l'allopurinol sont trop gênants, un arrêt du médicament ou un changement du médicament sont des options à discuter avec le patient. Un arrêt du médicament hypo-uricémiant s'envisage notamment quand le niveau d'uricémie n'expose pas à des complications graves. En cas de changement de traitement, le choix se porte sur le probénécide (Probénécide Biokanol°, Santuril°) chez les patients dont le niveau de risque cardiovasculaire semble élevé, ou le fébuxostat (Adenuric° ou autre), notamment en cas d'interactions médicamenteuses difficiles à gérer avec le probénécide.

©Prescrire 1er juin 2022

• Texte complet : 

"Hypo-uricémiant en prévention des récidives de crises de goutte" Rev Prescrire 2022 ; 42 (464) : 438-443. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Crise de goutte"
Premiers Choix Prescrire
Pdf, réservé aux abonnés

De nombreux autres
textes en indiquant "goutte"
dans le moteur de recherche
> Rechercher dans Prescrire


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >