prescrire.org > Dans l'actualité > Dans l'actualité > Covid-19 et hydroxychloroquine (Plaquénil°) : de nouvelles données, sans signal d'une efficacité

Dans l'actualité

Le service "Dans l'actualité" de l'Application Prescrire aide les abonnés à se reporter à des textes Prescrire en lien avec certains faits d'actualité, pour partager avec les patients une information utile et fiable sur le sujet.

Covid-19 et hydroxychloroquine (Plaquénil°) : de nouvelles données, sans signal d'une efficacité

 Dans l'actualité  Les résultats d'un nouvel essai comparatif randomisé, non aveugle, hydroxychloroquine à fortes doses versus soins standard chez 150 patients hospitalisés pour covid-19 ont été publiés. La seule différence notable entre les groupes a été la grande fréquence des effets indésirables avec l'hydroxychloroquine. Les résultats d'autres études non randomisées, de faible niveau de preuves, n'ont pas été en faveur d'une efficacité clinique de l'hydroxychloroquine (voir précision du 20 août 2020 ci-dessous).

L'effet antiviral in vitro de l'hydroxychloroquine (Plaquénil°) contre le coronavirus Sars-CoV-2 a conduit à émettre l'hypothèse de son éventuelle efficacité clinique chez les patients atteints de covid-19 (> ICI). Fin mars 2020, deux essais comparatifs de l'hydroxychloroquine ont eu des résultats non concluants (> ICI et > ICI). D'autres essais comparatifs randomisés sont en cours. Le 14 avril 2020, des résultats d'un autre essai comparatif randomisé ont été rendus publics.

Cet essai a comparé l'hydroxychloroquine versus soins standard chez 150 patients hospitalisés à Shanghaï en raison d'un covid-19 ((voir > ici) . Le traitement était attribué par tirage au sort, mais sans procédure d'aveugle. Les patients étaient âgés en moyenne de 46 ans, 55 % étaient des hommes. Seulement 1 % des patients étaient dans un état jugé grave. L'hydroxychloroquine a été utilisée à une posologie particulièrement élevée : 1 200 mg par jour durant 3 jours, puis 800 mg par jour sur une durée allant jusqu'à 2 à 3 semaines. La moitié des patients ont été suivis au moins 20 jours environ  (maximum 33 jours). Le seul patient dont l'état de santé s'est aggravé faisait partie du groupe hydroxychloroquine. Il n'a pas été démontré d'effet antiviral de l'hydroxychloroquine chez ces patients. Globalement, des événements indésirables ont été notés par environ 30 % des patients du groupe hydroxychloroquine versus 9 % des patients du groupe témoin, soit une différence statistiquement significative.

D'autres études non randomisées ont comparé des séries de patients atteints de covid-19 selon qu'ils avaient reçu ou non un traitement par hydroxychloroquine peu après leur entrée à l'hôpital. L'absence de tirage au sort pour décider du traitement rend leurs résultats peu probants, l'état clinique des patients ayant pu influer sur le choix du traitement. Aucune de ces études n'a été en faveur d'une efficacité clinique de l'hydroxychloroquine. Notamment, une étude menée dans quatre hôpitaux d'Île-de-France a comparé l'évolution de 181 patients atteints de covid-19 avec atteinte pulmonaire justifiant une oxygénothérapie : 84 avaient commencé à recevoir de l'hydroxychloroquine (600 mg par jour) dans  les 48 premières heures de leur hospitalisation, et 97 n'en avaient pas reçu durant cette période (groupe témoin) (voir > ici). La moitié des patients étaient âgés d'au moins 60 ans. 71 % étaient des hommes. Lors de leur hospitalisation, les patients avaient des rythmes respiratoires et des saturations sanguines en oxygène similaires. Un antécédent de maladie respiratoire chronique ou de maladie cardiovasculaire était plus fréquent dans le groupe témoin. Une atteinte de plus de 50 % des poumons au scanner thoracique était plus fréquente dans le groupe hydroxychloroquine. Il n'y a pas eu de différence statistiquement significative ni de la mortalité (environ 4 % des patients) ni de la fréquence d'un critère regroupant "transfert en réanimation ou mort" (20 % des patients). L'électrocardiogramme était systématique à l'admission puis après 3 à 5 jours. Un allongement de l'intervalle QT est apparu au point de justifier l'arrêt de l’hydroxychloroquine chez 9,5 % des patients.

D'autres données ont porté surtout sur les dangers de l'association de l'hydroxychloroquine avec l'azithromycine (Zithromax° ou autre) (> ICI).

Au 15 avril 2020, on ne connaît pas encore de traitement qui réduit le risque d'évolution vers un covid-19 grave. Exposer les patients à l'hydroxychloroquine et à l'azithromycine augmente le risque d'effets indésirables cardiaques graves.

©Prescrire 16 avril  2020

Voir aussi :

  • "Covid-19 et hydroxychloroquine : pas encore de résultats probants" (10 avril 2020) > ICI
  • "Covid-19 et hydroxychloroquine : incertitudes et questions qui se posent" (2 avril 2020) > ICI
  • "Covid-19 et hydroxychloroquine : prudence" (30 mars 2020) > ICI
  • "Covid-19 : porter attention aux patients prenant un médicament exposant à une immunodépression" (26 mars 2020) > ICI
  • "Covid-19 et essais de médicaments : que faire des premiers résultats d'évaluation ?" (23 mars 2020) > ICI
  • "Protéger les patients à risque de complications de covid-19 en situations de soin" (19 mars 2020) > ICI
  • "Épidémie d'infections respiratoires à coronavirus (covid-19) : quelques sources d'information" (27 février 2020) > ICI
  • "Grippe, coronavirus : principes de prévention des infections respiratoires" (4 février 2020) > ICI

Précision :

Les résultats de l'essai mené en Chine chez 150 patients, présentés en avril 2020, reposaient sur des données rendues publiques avant publication. Les résultats détaillés de cet essai, désormais publiés dans une revue à comité de lecture, sont convergents avec les données que nous avions rapportées.

©Prescrire 20 août 2020

Sources : Tang W et coll. "Hydroxychloroquine in patients with mainly mild to moderate coronavirus disease 2019: open label, randomised controlled trial" BMJ 2020 ; doi : 10.1136/bmj.m1849.  > ICI

Dans l'actualité, un service de l'Application Prescrire
Le texte complet, avec l'ensemble de ses ressources documentaires,
est disponible dans la rubrique "Dans l'actualité"
de l'Application Prescrire.

 

  Pour bénéficier de l'Application Prescrire :
Je m'abonne à Prescrire avec son Application Je complète mon abonnement pour bénéficier de l'Application J'installe l'Application Prescrire


> Tous les sujets "Dans l'actualité", disponibles dans l'Application Prescrire

Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter

 

Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter