prescrire.org > Tous les articles en Une > Les 100 derniers > Femmes enceintes et enfants à naître encore très exposés aux médicaments

Article en Une

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

Les 100 derniers :  1 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90

Femmes enceintes et enfants à naître encore très exposés aux médicaments

En France, selon les résultats convergents de plusieurs études, les femmes enceintes sont encore très exposées aux médicaments, y compris à ceux dont des effets indésirables graves sur l'enfant à naître sont avérés.

Une étude épidémiologique menée entre 2015 et 2016 s'est intéressée aux données de remboursement des médicaments d'un échantillon d'environ 17 000 femmes enceintes, représentatif des femmes enceintes en France pendant cette période. Selon cette étude, 3 femmes sur 5 avaient été exposées à un médicament dans les 3 mois précédant la grossesse, et la moitié d'entre elles avaient été exposées à au moins 8 médicaments au cours de leur grossesse. Parmi les médicaments concernés, certains étaient connus pour exposer à des effets indésirables graves aux conséquences durables pour l'enfant à naître : rétinoïdes par voie orale ou cutanée, antiépileptiques, notamment l'acide valproïque (Dépakine° ou autre), antivitamine K, anti-inflammatoires non stéroïdiens ou médicaments hypotenseurs tels que les inhibiteurs de l'enzyme de conversion et les sartans.

Une autre étude française, menée entre 2010 et 2018, a montré des reports de prescription de la dompéridone (Motilium° ou autre) vers la métopimazine (Vogalène°), qui expose pourtant elle aussi à des effets indésirables disproportionnés, notamment cardiaques, et vers les sétrons, ces derniers exposant notamment à des risques de malformations en début de grossesse.

À l'inverse, seule 1 femme sur 8 avait reçu une prescription d'acide folique dans les 3 mois précédant la conception, alors que le bénéfice de ce médicament est démontré en prévention des anomalies du tube neural.

Ces données montrent qu'en France les femmes enceintes sont encore exposées à de nombreux médicaments, dont certains ont des effets nocifs avérés sur l'enfant à naître, et alors que les dangers de beaucoup d'autres sont peu ou mal connus. D'où l'importance, pour les soignants, comme pour les femmes et leurs conjoints, d'anticiper les risques, et d'intégrer systématiquement la possibilité d'une grossesse à venir, prévue ou imprévue, dans les critères de choix des médicaments.

©Prescrire 1er avril 2022

• Texte complet : 

"Les femmes enceintes encore très exposées à des médicaments en France (suite)" Rev Prescrire 2022 ; 42 (462) : 279-281. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Et si je devenais
enceinte ?…"
(Avril 2022)
Accès libre

"Triptans et grossesse :
encore des signaux
préoccupants (suite)"
Rev Prescrire 2022 ;
42 (459) : 25-26.
Pdf, réservé aux abonnés

"Isotrétinoïne : troubles
du développement neuropsychique
parfois sans malformation
visible à la naissance"
Rev Prescrire 2021 ;
41 (458) : 909-910.
Pdf, réservé aux abonnés

"Léflunomide, tériflunomide :
toxicité embryofoetale"
Rev Prescrire 2021 ;
41 (448) : 110-112.
Pdf, réservé aux abonnés

De nombreux autres
textes en indiquant
"grossesse et médicaments"
dans le moteur de recherche
> Rechercher dans Prescrire


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >