prescrire.org > Tous les articles en Une > Les 100 derniers > Allaitement au sein et médicaments : suspendre à bon escient

Article en Une

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

Les 100 derniers :  1 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90

Allaitement au sein et médicaments : suspendre à bon escient

Les femmes qui allaitent sont parfois amenées à suspendre temporairement l'allaitement du fait d'un traitement médicamenteux. Il s'agit d'éviter un sevrage non justifié, sans pour autant exposer l'enfant aux dangers d'un médicament.

La plupart des médicaments pris par une femme qui allaite passent plus ou moins dans son lait maternel. L'exposition d'un enfant allaité à un médicament présent dans le lait maternel varie selon de nombreux facteurs tels que la voie d'administration et la forme pharmaceutique du médicament, une prématurité ou un faible poids de naissance de l'enfant.

Avant de décider de suspendre ou non un allaitement au sein, suite à la prise par la mère d'un médicament potentiellement dangereux pour l'enfant, il est important de considérer notamment : l'évolution naturelle de la maladie de la mère en l'absence de traitement ; la gravité des risques connus pour l'enfant du médicament envisagé ; l'existence d'une alternative médicamenteuse d'efficacité similaire pour la mère et moins risquée pour l'enfant. Sont aussi à prendre en compte les risques liés à une suspension de l'allaitement, tels que des engorgements mammaires, et ensuite des difficultés à une reprise durable de l'allaitement au sein.

Quand les risques d'effets indésirables sont connus et modérés pour l'enfant allaité, une option est une information des parents et de l'entourage sur des mesures visant à diminuer l'exposition de l'enfant allaité au médicament et sur des signes d'alerte.

Quand le danger pour l'enfant allaité est élevé, deux options envisageables sont : remplacer ce médicament par un autre à balance bénéfices-risques équivalente pour la mère mais avec des risques d'effets indésirables connus et modérés pour l'enfant allaité ; ou prendre ce médicament et suspendre temporairement l'allaitement, en maintenant la lactation, par l'expression du lait de façon manuelle ou à l'aide d'un tire-lait, et en choisissant une alternative au biberon pour nourrir l'enfant jusqu'à la reprise de l'allaitement.

Quand les risques pour l'enfant sont incertains, la grande sensibilité des nourrissons aux effets indésirables des médicaments incite aussi à suspendre l'allaitement.

©Prescrire 1er août 2022

• Texte complet : 

"Suspension de l'allaitement au sein lors d'une prise d'un médicament par la mère : plusieurs aspects à considérer" Rev Prescrire 2022 ; 42 (466) : 630-632. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Les médicaments antidouleur
au cours de l'allaitement"
Fiche Infos-Patients Prescrire 
Pdf, réservé aux abonnés,
à remettre aux patients
 
"Traiter une mastite
chez une femme qui allaite :
poursuivre l'allaitement
est souvent possible"
(Mars 2022)
Accès libre
 
"C'est-à-dire ? Passage
des médicaments
dans le lait maternel"
Rev Prescrire 2021 ;
41 (456) : 759.
Pdf, réservé aux abonnés

"L'allaitement maternel :
généralement préférable
pour la santé des enfants"
Fiche Infos-Patients Prescrire 
Pdf, réservé aux abonnés,
à remettre aux patients



À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >