prescrire.org > La revue Prescrire > N°260 - Avril 2005

« Il faut dire la vérité (...), y parler avec son coeur, ses tripes, ses colères, ses obsessions : y être soi-même, totalement engagé dans ce qu’on est, et à la fois n’importe qui, n’importe lequel d’entre nous. »

Jorge Semprun

n°260

Avril 2005

Au sommaire de la revue Prescrire

Libre  Éditorial : Europe

p.241
L'investissement collectif nécessaire

Rayon des nouveautés


Trithérapie metformine + sulfamide + glitazone

p.250-251
Insuffisamment évaluée

Rhumatisme psoriasique

p.257
Nouvelle indication, mais trop peu de comparaisons

Le mot de Gaspard : Revue de presse

p.244

Pioglitazone (Actos°), rosiglitazone (Avandia°)

p.245-253

Rosiglitazone + metformine (Avandamet°)

p.245-253
Glitazone + antidiabétique oral : des associations encore trop peu évaluées

Léflunomide (Arava°)

p.254-258
Dans le rhumatisme psoriasique : trop de risques et trop peu d'efficacité

Mycophénolate sodique (Myfortic°)

p.258
Une firme étoffe sa gamme d'immunodépresseurs, sans plus

Ibritumomab (Zevalin°)

p.259-262
Concept séduisant, réalité décevante

Toxine botulique A (Botox°)

p.263
Dans l'hyperhidrose axillaire primaire : après un traitement local par antisudoral, et avant la chirurgie

Fulvestrant (Faslodex°)

p.264
Cancer du sein avancé en 2e ligne : moins de troubles ostéo-articulaires

Actualités à la loupe

Ampoules injectables à deux pointes : disparition annoncée en France

p.265
Risque de contamination lors du nettoyage et du remplissage

Trizivir°

p.265-266
En ville et remboursable

Lindane : toujours sur liste II et exonéré pour l'application sur la peau !

p.266
Toujours pas de mesure visant à restreindre l'utilisation du lindane, pédiculicide et acaricide organochloré. Mais en pratique, les spécialités à base de lindane disparaissent peu à peu du marché

Escitalopram

p.267
Une ASMR injustifiée

Anakinra

p.267
En ville : 21 mois plus tard

New-fill°

p.267
Remboursable

Échos du réseau

p.268
Classiques

Nicotine

p.268
Nouvelle dose exonérée

Stupéfiants : à quand la simplification ?

p.268-269
L'harmonisation des durées de prescription n'a toujours pas été décidée

Segment-clé du mois

p.270
mofétil, tiuxétan et autres

Symbicort°

p.270
À fortes doses : attention !

Glatiramère

p.270
En seringue préremplie

Métopimazine

p.271
En pédiatrie : pourquoi prendre des risques injustifiés ?

Cétirizine

p.271-272
Discordances

Débrouilles, embrouilles, et confusion

p.272-273
Des spécialités à base de cétirizine, sous des noms commerciaux ne comportant pas la DCI, et orientées vers l'automédication, sont présentes sur le marché français, au risque d'augmenter accumulation voire surdosage

7 arrêts de commercialisation

p.274
Amoxicilline GNR° 1 g préparation injectable, etc.

Amsacrine

p.274
Retrait d'un solvant toxique

Macrogol

p.274
Dans l'"impaction fécale" : harmonisation d'un libellé

Vigilances


Drotrécogine alfa : surmortalité chez les malades les moins graves

p.275
À réserver à des cas très précis de sepsis sévère

Télithromycine : un macrolide de plus à risque d'interactions

p.275
Risque d'interaction entre télithromycine et antivitamine K

Bupropion : un bilan allemand

p.275
Pancréatites, entre autres

Bandelettes anti-incontinence : enquête de matériovigilance

p.275
Un exemple de vigilance active

Libre  Déclaration de Berlin sur la pharmacovigilance

p.276-280
Une déclaration précisément argumentée et référencée de l'International Society of Drug Bulletins (ISDB). La pharmacovigilance doit être renforcée : mise à disposition du public des résultats des essais cliniques et précliniques, information des professionnels de santé sans délai de toute donnée nouvelle sur les effets indésirables ; meilleures écoute et information des patients ; etc.

Coxibs (suite) : demi-mesures et maintien sur le marché

p.281
Les intérêts industriels passent avant la santé publique

Stratégies


Prendre en charge les accidents vasculaires cérébraux

p.283-284
Première partie Accidents vasculaires cérébraux : le plus souvent ischémiques
Les AVC sont ischémiques dans environ 80 % à 85 % des cas, dus à une hémorragie intracérébrale dans environ 5 % à 15 % des cas, et à une hémorragie méningée dans environ 5 % des cas. Un an après l'accident, la moitié des patients sont décédés ou restent invalides. Après un AVC, il existe un risque de récidive, plus élevé dans les premières semaines

Prendre en charge les accidents vasculaires cérébraux

p.285-287
Deuxième partie Accident vasculaire cérébral : le bilan initial
Le diagnostic d'AVC repose sur le scanner en urgence, et parfois sur l'IRM avec séquence de diffusion, en cas de symptômes minimes ou de signes de localisations multiples. Le bilan initial vise à rechercher des diagnostics différentiels, à détecter des affections associées, et à évaluer le risque de récidives. En cas d'hémorragie, l'artériographie est à discuter surtout pour les patients jeunes

Prendre en charge les accidents vasculaires cérébraux

p.288-295
Troisième partie Accident vasculaire cérébral ischémique : le traitement médicamenteux à la phase aiguë
L'aspirine seule évite environ 5 décès pour 1 000 patients traités. L'héparine non fractionnée à faible dose est associée à l'aspirine, dans certaines situations (fibrillation auriculaire avec valvulopathie, etc.), en dehors desquelles l'héparine réduit le risque de récidive, mais augmente le risque de transformation hémorragique, sans effet sur la mortalité. Il n'est pas certain que la balance bénéfices-risques d'un traitement thrombolytique soit favorable. Un antihypertenseur paraît justifié si la pression artérielle dépasse 200-220/120 mm Hg en cas d'AVC ischémique, ou 180-185/105-110 mm Hg en cas d'hémorragie intracérébrale ou d'AVC ischémique avec traitement thrombolytique prévu, ainsi qu'en cas de complications cardiaques. Il vaut mieux éviter d'abaisser brutalement la pression artérielle

L'hyperhidrose localisée primaire

p.296-299
Un trouble parfois très gênant
En premier lieu, traitements locaux non invasifs : antisudoraux, voire ionophorèse à l'eau du robinet en cas d'hyperhidrose palmaire ou plantaire. En cas d'échec, chez les patients très gênés par une hyperhidrose axillaire effectivement importante, des séances d'injections intradermiques locales de toxine botulique A ont une certaine efficacité provisoire. Le traitement chirurgical est à réserver en dernier recours

Prendre en charge un accident vasculaire cérébral

p.293

Repères

Contraception postcoïtale

p.299
Une dose unique de 1 500 µg de lévonorgestrel dans les 72 heures suivant un rapport non protégé

Augmenter les apports hydriques en prévention secondaire des lithiases rénales

p.299-300
Obtenir une diurèse d'au moins 2 litres par jour

Stimulation du point P6 : activité antiémétique en postopératoire

p.300
Vraisemblable, mais modeste

Syphilis : la sérologie utile

p.300
Bien connaître l'interprétation des tests

Ouvertures


France : une hausse préoccupante du suicide des personnes âgées

p.301-302
En pratique, le phénomène mérite surtout d'être mieux étudié : détresse profonde ou décision réfléchie et sereine ?

"Aptitude" : le débat se poursuit

p.303

Prévention des risques professionnels liés à des agents chimiques

p.302-304
Renforcement des mesures de prévention pour les agents cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction

Le "normal" en médecine : des concepts aux décisions en pratique quotidienne

p.305-308
L'interprétation d'un résultat d'examen "hors norme" dépend de l'objectif assigné à la définition de cette "norme" : simple description statistique d'une "norme" issue de valeurs mesurées dans un échantillon représentatif d'une population, ou définition d'un seuil de "normalité" accompagné de critères pronostiques ou interventionnistes

Sites Web

NCCAM : National Center for Complementary and Alternative Medicine

p.308-309

Anaes : Suppression de la fiche dans le Portail documentaire Prescrire

p.309

Forum


Pharmacollusion

p.310-311

Quel bénéfice pour le cancer colorectal ?

p.311

Euthanasie et soins palliatifs (suite)

p.311

Des incitations dangereuses

p.311-312

À quoi sert le pharmacien d'officine ?

p.312-313

Le visiteur, Prescrire et la glucosamine

p.313

Du "référent" au médecin "traitant"

p.314

Le syndrome de Saint-Paul

p.314

Un été avec la revue Prescrire (suite)

p.312

Luc Cifer

Sciences Po

p.314

Prescrire en questions


Compressions thoraciques chez l'enfant

p.315
À effectuer avec une seule main

Essai clinique "en double placebo"

p.315
De quoi s'agit-il ?

Hypertension dans le diabète

p.316
L'indapamide mieux évalué que l'hydrochlorothiazide ?

Micropakine LP° : une forme pharmaceutique insuffisamment évaluée ?

p.316
La forme pharmaceutique peut influencer la balance bénéfices-risques

Et aussi


Électronique

Bibliothèque électronique Prescrire

p.320

Take it easy

Exercise n° 105 Rheumatoid arthritis therapy: deflating the hype

p.319

Publicité à la loupe

Des études au service de qui ?

p.III

Précisions et corrections

L'année 2004 du médicament

p.II

Médicaments "pédiatriques"

p.II
L'Application Prescrire
L'Application Prescrire
Un accès à tous les textes publiés par Prescrire, pour une utilisation au cœur de la pratique quotidienne


Les textes de ce sommaire sont disponibles dans l'Application Prescrire. Ils peuvent également être téléchargés en ligne sur prescrire.org par les Abonnés, dans la limite de 15 textes par période de 24 heures, par le
> Moteur de Recherche du site

Chaque mois, en lien avec la revue Prescrire, sont  publiées dans l'Application Prescrire et sur le site les :

Les versions complètes des textes publiés uniquement sous forme résumée dans le mensuel Prescrire sont disponibles dans l'Application Prescrire, ou dans la rubrique du site :