prescrire.org > Médicaments à écarter pour mieux soigner > Médicaments à écarter > Méloxicam (Mobic° ou autre) - un médicament à écarter des soins

Médicaments à écarter

pour mieux soigner - bilan 2022
Le résultat d'une méthode fiable, rigoureuse et indépendante
Douleur - RhumatologieDouleur - Rhumatologie

Méloxicam (Mobic° ou autre) - un médicament à écarter des soins

Pour aider à choisir des soins de qualité, et éviter des dommages disproportionnés pour les patients, nous avons mis à jour fin 2021 le bilan des médicaments que Prescrire conseille d’écarter pour mieux soigner.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ont un profil d'effets indésirables commun, mais certains exposent à moins de risques que d'autres. Quand le paracétamol n'est pas suffisant, les options les moins à risque sont l'ibuprofène (Brufen° ou autre) et le naproxène (Naprosyne° ou autre), à condition d'en maîtriser la posologie (dose quotidienne modeste, éviter les prises en continu). Le méloxicam (Mobic° ou autre), le piroxicam (Feldène° ou autre) et le ténoxicam (Tilcotil°) par voie générale exposent à un surcroît de troubles digestifs et cutanés (dont des syndromes de Stevens-Johnson et des syndromes de Lyell), sans être plus efficaces que d'autres AINS.

Ressources documentaires Prescrire


Une méthode fiable, rigoureuse et indépendante
L'évaluation par Prescrire de la balance bénéfices-risques d'un médicament dans une situation donnée repose sur une procédure rigoureuse > En savoir plus

Télécharger
 LIBRE  "Pour mieux soigner, des médicaments à écarter : bilan 2022" Rev Prescrire 2021 ; 41 (458) : 935-947. (pdf, accès libre)

 Sommaire du Bilan 


©Prescrire 1er décembre 2021

Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Filet
L'abonnement à Prescrire, une solution multimédia complète