prescrire.org > Pilule d'Or et Palmarès annuels > Pilule d'Or Prescrire 2016 > Médicaments à écarter 2016 > Pour mieux soigner, des médicaments à écarter : bilan 2016

Pilule d'Or Prescrire 2016

Pour mieux soigner, des médicaments à écarter : le bilan 2016

Pour mieux soigner, des médicaments à écarter : bilan 2016

À l'occasion de la Pilule d'Or Prescrire 2016 et de l'annonce des Palmarès Prescrire 2015, Prescrire a présenté le bilan actualisé début 2016 des médicaments à écarter des soins. En 2016, des ajouts importants : des antidépresseurs et un anti-inflammatoire couramment utilisés ont été ajoutées à la liste.

Résumé

  • Pour aider à choisir des soins qualité, et éviter des dégâts, nous avons mis à jour début 2016 le bilan des médicaments à écarter pour mieux soigner.
     
  • L'évaluation par Prescrire de balance bénéfices-risques d'un médicament dans une situation donnée repose sur une procédure rigoureuse recherche documentaire méthodique reproductible, détermination de critères d'efficacité pertinents pour les patients, hiérarchisation des données scientifiques selon leur niveau de preuves, comparaison versus traitement référence, prise en compte des effets indésirables et de leur part d'inconnues.
     
  • En 2016, le bilan porte sur les médicaments analysés dans Prescrire durant six ans, de 2010 à 2015. Cette analyse a recensé 74 médicaments dont la balance bénéfices-risques est défavorable dans toutes les situations cliniques pour lesquelles ils sont autorisés en France.
     
  • Le plus souvent, quand un traitement médicamenteux apparaît souhaitable, d'autres options ont une meilleure balance bénéfices-risques que ces médicaments à écarter.
     
  • En situation d'impasse thérapeutique dans une maladie grave, il n'est pas justifié d'exposer les patients des risques graves, quand l'efficacité clinique n'est pas démontrée. L'utilisation de ces médicaments dans le cadre d'une recherche clinique peut être acceptable, mais à condition d'informer les patients des inconnues sur balance bénéfices-risques et d'une utilité à l'évaluation. Dans les autres cas, mieux vaut se concentrer sur des soins utiles pour aider le patient supporter l'absence d'option capable de changer le pronostic, ou d'améliorer sa qualité de vie au-delà de l'effet placebo.

  •  EN 2016, DES AJOUTS IMPORTANTS  Cette année, des antidépresseurs et un anti-inflammatoire couramment utilisés ont été ajoutés à la liste des médicaments à écarter : le citalopram (Seropram° ou autre), l'escitalopram (Seroplex° ou autre) et le diclofénac (Voltarène° ou autre), en raison de risques cardiaques plus importants qu'avec d'autres médicaments semblables.

©Prescrire 1er février 2016

LIBRE"Pour mieux soigner, des médicaments à écarter : bilan 2016" Rev Prescrire 2016 ; 36 (388) : 138-146. (pdf, accès libre)