prescrire.org > Tous les articles en Une > Les 100 derniers > Dispensation des médicaments à l'unité en officine : procédure facultative et imprécise

Article en Une

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

Les 100 derniers :  1 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90

Dispensation des médicaments à l'unité en officine : procédure facultative et imprécise

Depuis début 2022, en France, les pharmaciens d'officine sont autorisés à dispenser à l'unité certains médicaments, mais plusieurs aspects importants restent à préciser.

Le nombre d'unités que renferme une boîte de médicaments s'avère parfois supérieur à la quantité requise pour le traitement prescrit. Si les unités superflues ne sont pas rapportées à la pharmacie, il y a un risque qu'elles soient réutilisées sans prescription et de manière inappropriée, ou qu'elles soient éliminées dans les déchets ménagers.

En France depuis début 2022, les pharmaciens d'officine qui le souhaitent sont autorisés à dispenser à l'unité certains médicaments, dont la liste n'était pas connue début février (elle devrait concerner surtout les antibiotiques). La dispensation à l'unité concerne des médicaments présentés en plaquettes (gélules, comprimés) ou en sachet unidose renfermant une poudre pour suspension buvable. Elle nécessite un nouveau conditionnement préparé et fourni par le pharmacien, avec impression d'une étiquette indiquant : nom commercial, dénomination commune internationale, forme, dosage, destinataires, précautions particulières de conservation, date de péremption, numéro de lot ainsi que les nom et prénom du patient, posologie, date de dispensation, et nombre d'unités dispensées contenues dans le conditionnement ainsi préparé.

La pratique de la dispensation individuelle à l'unité déployée dans les hôpitaux depuis 40 ans, s'appuie sur des protocoles de sécurité et de contrôles, et souvent sur des présentations adaptées au reconditionnement. Le dispositif proposé aux pharmaciens d'officine est source d'insécurité, dès lors que les comprimés ne sont pas tous présentés en plaquettes unitaires et que certains aspects ne sont pas clarifiés (fourniture d'une notice à jour notamment).

Un premier pas pour limiter le risque d'automédication et réduire l'impact environnemental de ces médicaments serait d'exiger des industriels qu'ils adaptent davantage leurs conditionnements aux durées de traitement, et les sanctionner en cas de manquements à leurs obligations, comme prévu par un décret de décembre 2020.

©Prescrire 1er mars 2022

• Texte complet : 

"Dispensation à l'unité de certains médicaments dans les officines françaises : facultative, et des limites" Rev Prescrire 2022 ; 42 (461) : 184-185. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :


"Enfin un référentiel
de "bonnes pratiques"
de dispensation à l'officine"
Rev Prescrire 2017 ;
37 (406) : 575-576.
Pdf, réservé aux abonnés


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >