prescrire.org > Tous les articles en Une > Les 100 derniers > AIT et AVC mineurs : prise en charge spécialisée rapide pour limiter les récidives

Article en Une

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

Les 100 derniers :  1 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90

AIT et AVC mineurs : prise en charge spécialisée rapide pour limiter les récidives

Après un accident ischémique transitoire (AIT) ou un accident vasculaire cérébral (AVC) mineur, une prise en charge rapide par une équipe spécialisée est à organiser pour réduire le risque de survenue d'un autre AVC.

Les accidents ischémiques transitoires (AIT) et les accidents vasculaires cérébraux (AVC) ischémiques mineurs sont des AVC dont les symptômes disparaissent spontanément, en général en moins d'une heure. En l'absence de mise en route d'un traitement préventif rapide, les patients sont exposés à un risque élevé d'un nouvel AVC dans les jours et mois suivants. Environ la moitié des récidives précoces sont à l'origine d'un déficit neurologique handicapant.

Selon plusieurs études, en cas de suspicion d'un AIT ou d'un AVC mineur, adresser le patient à un service spécialisé pour confirmer ou écarter le diagnostic, et débuter le cas échéant un traitement préventif dans les 24 heures, semble réduire le risque de survenue d'un autre AVC. On ne sait cependant pas dans quelle mesure cela se traduit ou non par un allongement de la durée de vie ou une diminution des handicaps durables.

Pour les patients qui ont un AIT ou un AVC ischémique rapidement régressif, un traitement par aspirine (80 mg à 300 mg par jour) institué dans les 24 premières heures est proposé, par extrapolation à partir de ce qui a été évalué chez les patients atteints d'AVC ischémique persistant. En l'absence de risque d'hémorragie élevé, y ajouter du clopidogrel (Plavix° ou autre) a en général une balance-bénéfices plutôt favorable durant les 3 à 4 premières semaines, mais pas plus.

Chez les patients ayant une sténose carotidienne, une chirurgie carotidienne faite après un AIT ou un AVC ischémique mineur a une balance bénéfices-risques d'autant plus favorable que la sténose est serrée et que la chirurgie est faite rapidement.

L'avis spécialisé permet aussi d'éviter d'exposer aux effets indésirables du traitement antiagrégant 20 % à 40 % des patients qui n'ont en fait ni AIT ni AVC.

©Prescrire 1er août 2022

• Texte complet : 

"Accidents ischémiques transitoires et AVC rapidement régressifs" Rev Prescrire 2022 ; 42 (466) : 598-604. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Clopidogrel (Plavix°
ou autre) en ajout
à l'aspirine et accident
cérébral ischémique"
Rev Prescrire 2022 ;
42 (463) : 333.
Pdf, réservé aux abonnés

"AVC ischémique :
prévention des récidives"
Premiers Choix Prescrire
Pdf, réservé aux abonnés


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >