prescrire.org > Tous les articles en Une > Les 100 derniers > Antiépileptiques et grossesse : effets à long terme chez les enfants

Article en Une

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

Les 100 derniers :  1 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90

Antiépileptiques et grossesse : effets à long terme chez les enfants

La lamotrigine (Lamictal° ou autre) est l'antiépileptique le mieux étudié du point de vue des effets sur l'enfant à naître du traitement d'une femme enceinte. Elle expose à moins de conséquences néfastes pour l'enfant à naître que l'acide valproïque (Dépakine° ou autre). Avec les autres antiépileptiques, les incertitudes sont très grandes.

Une épilepsie maternelle non traitée a des conséquences néfastes sur la grossesse et son issue : prééclampsies, hémorragies, retards de croissance intra-utérins, prématurités, fausses couches, morts maternelles ou fœtales. Mais la plupart des antiépileptiques pris par une femme enceinte exposent l'enfant à naître à des malformations, des effets fœtotoxiques, des troubles néonatals, un retard du développement psychomoteur et des troubles du comportement à long terme.

Mi-2019, en dehors de l'acide valproïque (Dépakine° ou autre), les données les plus fournies concernent la lamotrigine (Lamictal° ou autre). Un risque moindre a été mis en évidence avec la lamotrigine qu'avec les autres antiépileptiques, mais elle expose malgré tout à des troubles du développement psychomoteur. Le risque d'autisme (et d'autres troubles du développement) lié à l'exposition in utero à l'acide valproïque est avéré, quel que soit le trimestre d'exposition. Concernant la prégabaline (Lyrica° ou autre), la carbamazépine (Tégrétol° ou autre), le topiramate (Epitomax° ou autre), le lévétiracétam (Keppra° ou autre) et la gabapentine (Neurontin° ou autre), les données sont plus limitées mais vont dans le sens de troubles du développement. Pour les autres antiépileptiques, les données sont encore plus maigres.

En somme, on ne connaît pas de médicament antiépileptique sans risque en cas d'exposition in utero. Les femmes (les couples) concernées ont intérêt à en être informées pour envisager, en connaissance de cause, une grossesse ou un renoncement temporaire voire définitif à une grossesse.

©Prescrire 1er août 2019

"Antiépileptiques et grossesse : effets à long terme à prévoir chez les enfants" Rev Prescrire 2019 ; 39 (430) : 587-595. (pdf, réservé aux abonnés)

Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

 
Lire le texte complet
Pdf, réservé aux abonnés

Voir aussi :

Éviter toute grossesse
lors d'un traitement
par acide valproïque
(Dépakine° ou autre)
ou un de ses dérivés
(Dépakote°, Dépamide°)
(Septembre 2018)
Accès libre

Acide valproïque
(Dépakine° ou autre)
et femmes enceintes :
des années perdues
(Février 2016)
Accès libre

Acide valproïque
(Dépakine° ou autre) :
des effets à long
terme sur les enfants
exposés in utero
(Septembre 2009)
Accès libre

Patients épileptiques
Interactions Médicamenteuses
Prescrire
Pdf, réservé aux abonnés

Femmes enceintes et médicaments :
comment prendre soin à la fois
de la mère et de l'enfant ?
(Février 2019)
Accès libre

Les vidéos de la Conférence-
débat Prescrire "Femmes
enceintes et médicaments"
(Février 2019)
Accès libre