prescrire.org > Dans l'actualité > Dans l'actualité > Covid-19 : nirmatrelvir + ritonavir (Paxlovid°) chez certains patients à risque de forme grave

Dans l'actualité

Le service "Dans l'actualité" de l'Application Prescrire aide les abonnés à se reporter à des textes Prescrire en lien avec certains faits d'actualité, pour partager avec les patients une information utile et fiable sur le sujet.

Covid-19 : nirmatrelvir + ritonavir (Paxlovid°) chez certains patients à risque de forme grave

covid Dans l'actualité  L'association nirmatrelvir + ritonavir (Paxlovid°) est annoncée en France et ailleurs en traitement antiviral par voie orale chez des adultes atteints de covid-19 symptomatique depuis 5 jours au maximum, sans signe de gravité, mais qui ont au moins un facteur de risque de forme grave. Quelles sont les principales données de son évaluation clinique dans cette situation ? (28 janvier 2022)

Fin janvier 2022, les soins des patients atteints de forme légère à modérée de covid-19 reposent surtout sur des traitements symptomatiques et sur la surveillance de l'évolution clinique. Cette surveillance est particulièrement importante en cas de risque accru de forme grave de covid-19 : immunodépression ; affection cardiovasculaire ou cérébrovasculaire ; complications d'un diabète ; obésité ; affection pulmonaire chronique ; cancer ; insuffisance rénale chronique ; hypertension artérielle. Le risque de forme grave de covid-19 augmente aussi avec l'âge, surtout passé l'âge de 60 ans. En cas d'infection par le variant Omicron, le risque de forme grave est environ 3 fois moindre qu'avec le variant Delta.

Pour les adultes atteints d'une maladie covid-19 symptomatique sans signe de gravité et qui ont au moins un facteur de risque de forme grave, plusieurs anticorps monoclonaux injectables ont été autorisés dans l'Union européenne en traitement curatif.

Début janvier 2022, l'Agence européenne du médicament (EMA) a publié un rapport étayant des conditions d'utilisation de l'association nirmatrelvir + ritonavir (Paxlovid°) sur lequel les États membres de l'Union européenne peuvent s'appuyer pour organiser de manière dérogatoire un accès précoce à ce médicament avant autorisation de mise sur le marché (AMM). Les patients concernés sont les adultes atteints d'une maladie covid-19 symptomatique depuis au maximum 5 jours, sans besoin d'un apport d'oxygène, et étant à risque élevé d'évolution vers une forme grave. Le 27 janvier 2022, l'EMA a émis un avis favorable à son autorisation dans l'Union européenne.... [Texte complet dans l'Application Prescrire, lecture 15 minutes]

©Prescrire 28 janvier 2022

Dans l'actualité, un service de l'Application Prescrire
Le texte complet, avec l'ensemble de ses ressources documentaires,
est disponible dans la rubrique "Dans l'actualité"
de l'Application Prescrire.

  Pour bénéficier de l'Application Prescrire :
Je m'abonne à Prescrire avec son Application Je complète mon abonnement pour bénéficier de l'Application J'installe l'Application Prescrire


 > Tous les sujets "Dans l'actualité" 

Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter