prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2021 > Recherche pharmaceutique : DNDi, un modèle alternatif

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2021 : 1 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180

Recherche pharmaceutique : DNDi, un modèle alternatif

L'initiative "Médicaments contre les maladies négligées" (DNDi) témoigne de la faisabilité et de la pertinence d'un modèle de recherche et développement orienté dans l'intérêt des patients et détaché d'objectifs de profitabilité.

L'initiative "Médicaments contre les maladies négligées" (en anglais Drugs for Neglected Diseases initiative, DNDi) est un organisme à but non lucratif créé en 2003 sous l'impulsion de Médecins sans Frontières (MSF) qui vise à développer des traitements efficaces, adaptés et accessibles pour les populations vivant généralement dans des pays pauvres. Le DNDi a mis en place un modèle de recherche et développement (R&D) qui diffère fortement de celui des firmes pharmaceutiques. Il fonctionne grâce à de nombreuses collaborations avec des acteurs publics et privés de pays à revenu faible, intermédiaire ou élevé. Les membres fondateurs du DNDi aux côtés de MSF sont : l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Conseil indien pour la recherche médicale, la Fondation Oswaldo Cruz (Brésil), l'Institut de recherche médicale du Kenya, le Ministère de la santé de Malaisie et l'Institut Pasteur.

Si le DNDi a développé un modèle de R&D très différent de celui des firmes, ces dernières sont des partenaires importants, intervenant généralement au cours des premières et dernières étapes du processus de développement. Mais elles ne sont pas impliquées dans le programme de développement du médicament, dans l'évaluation des médicaments, ni dans l'analyse des résultats obtenus. Elles sont aussi tenues à distance des systèmes de gouvernance et de financement afin de garantir la liberté de choix et d'action du DNDi. Les financeurs sont quasi exclusivement issus de pays riches : gouvernements, ONG, particuliers ou encore fondations privées.

En 18 ans d'existence, le DNDi a développé 8 nouveaux traitements et a l'ambition d'en développer au moins 15 supplémentaires d'ici 2028. Les cinq maladies pour lesquelles le DNDi a développé des traitements sont les quatre maladies négligées prioritaires : maladie du sommeil, maladie de Chagas, leishmaniose et paludisme, ainsi que la co-infection sida-tuberculose chez les enfants.

Le DNDI témoigne de la faisabilité d'un modèle de R&D alternatif.

©Prescrire 1er octobre 2021

• Texte complet : 

"DNDi : un modèle collaboratif de recherche et développement centré sur les besoins des patients" Rev Prescrire 2021 ; 41 (456) : 788-790. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Pour la transparence
sur les coûts de recherche
des nouveaux médicaments"
Rev Prescrire 2020 ;
40 (445) : 871.
Pdf, réservé aux abonnés

"Médicaments : financements
publics de la recherche
et profits privés"
Rev Prescrire 2020 ;
40 (443) : 696-699.
Pdf, réservé aux abonnés

"Nouveaux médicaments :
le rôle-clé de la recherche
publique étatsunienne"
Rev Prescrire 2019 ;
39 (428) : 462.
Pdf, réservé aux abonnés

"Recherche et développement
de médicaments :
changer de système"
Rev Prescrire 2016 ;
36 (398) : 933-939.
Pdf, réservé aux abonnés

"Recherche et développement
des médicaments : l'Europe,
l'OMS, l'OCDE cherchent
un nouvel équilibre"
Rev Prescrire 2016 ;
36 (398) : 935-936.
Pdf, réservé aux abonnés

"Recherche et développement
de médicaments :
une initiative modèle"
(Août 2020)
Accès libre


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >