prescrire.org > Tous les articles en Une > Les articles en Une depuis 2002 : 2021 > Mort subite d'origine médicamenteuse et syndrome du "QT long" à l'électrocardiogramme

Article en Une : Archives

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

2021 : 1 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150

Mort subite d'origine médicamenteuse et syndrome du "QT long" à l'électrocardiogramme

De nombreux médicaments allongent directement l'intervalle QT à l'électrocardiogramme, un trouble de la conduction électrique qui est associé à un risque de troubles cardiaques parfois mortels.

Un syndrome du QT long, ou allongement de l'intervalle QT, est un trouble de la repolarisation électrique du cœur. Généralement asymptomatique, il peut se manifester par des palpitations, malaises, pertes de connaissance, convulsions, hypotension grave, voire des arrêts cardiaques ou des morts subites par troubles graves du rythme cardiaque (torsades de pointes). Un syndrome de QT long peut apparaître ou être aggravé lors de certaines situations, notamment chez les patients les plus âgés, en cas de désordres électrolytiques, diverses maladies cardiaques, hépatiques ou rénales.

De nombreux médicaments exposent à des allongements de l'intervalle QT et aux torsades de pointes dans de nombreux domaines thérapeutiques : antiarythmiques, neuroleptiques, antidépresseurs, médicaments utilisés dans l'hyperactivité avec troubles de l'attention, antiépileptiques, certains antibiotiques, des antirétroviraux, antipaludiques, antifongiques azolés, antihistaminiques H1, des antiémétiques, opioïdes, etc.

Quand un de ces médicaments est choisi, les facteurs de risque sont à corriger si possible avant de commencer le traitement, puis à surveiller. Attention aux interactions avec certains médicaments, ou encore le pamplemousse, qui peuvent augmenter le risque.

L'allongement de l'intervalle QT régresse souvent avec la diminution de la dose, et est en général réversible à l'arrêt du médicament. Une diminution progressive des doses est parfois requise. L'apparition de torsades de pointes à l'électrocardiogramme justifie l'arrêt du médicament et une surveillance électrocardiographique du patient.

Les patients exposés à des facteurs de risque, dont les médicaments, ont intérêt à être informés des symptômes de troubles du rythme cardiaque tels que palpitations, vertiges, malaises, syncopes.

©Prescrire 1er juin 2021

• Texte complet : 

"Allongements de l'intervalle QT, torsades de pointes et morts subites d'origine médicamenteuse" Rev Prescrire 2021 ; 41 (452) : 428-436. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Morts à éviter"
Rev Prescrire 2021 ;
41 (452) : 401.
Pdf, accès libre


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >