prescrire.org > Médicaments à écarter pour mieux soigner > Médicaments à écarter > Quinine (Hexaquine°, Okimus°) - un médicament à écarter des soins

Médicaments à écarter

pour mieux soigner - bilan 2021
Le résultat d'une méthode fiable, rigoureuse et indépendante
Douleur - RhumatologieDouleur - Rhumatologie

Quinine (Hexaquine°, Okimus°) - un médicament à écarter des soins

Pour aider à choisir des soins de qualité, et éviter des dommages disproportionnés pour les patients, nous avons mis à jour fin 2020 le bilan des médicaments que Prescrire conseille d'écarter pour mieux soigner.

 La quinine (Hexaquine°, Okimus°), autorisée dans les crampes, expose à des effets indésirables graves, parfois mortels, disproportionnés au regard d'une efficacité faible : des réactions anaphylactiques, des troubles hématologiques (dont des thrombopénies, des anémies hémolytiques, des agranulocytoses, des pancytopénies), des troubles du rythme cardiaque. On ne connaît pas de médicament avec une balance bénéfices-risques favorable dans les crampes ; des étirements réguliers sont parfois utiles.

Note :
La quinine est parfois utile dans le paludisme (n° 360 p. 732). 

Ressources documentaires Prescrire


Une méthode fiable, rigoureuse et indépendante
L'évaluation par Prescrire de la balance bénéfices-risques d'un médicament dans une situation donnée repose sur une procédure rigoureuse > En savoir plus

Télécharger
 LIBRE  "Pour mieux soigner, des médicaments à écarter : bilan 2021" Rev Prescrire 2020 ; 40 (446) : 929-941. (pdf, accès libre)

 Sommaire du bilan 


©Prescrire 1er décembre 2020

Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Filet
L'abonnement à Prescrire, une solution multimédia complète