prescrire.org > Tous les articles en Une > Les 100 derniers > Protoxyde d'azote + oxygène : un antalgique à manipuler avec précaution par les soignants

Article en Une

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

Les 100 derniers :  1 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90

Protoxyde d'azote + oxygène : un antalgique à manipuler avec précaution par les soignants

Le mélange protoxyde d'azote + oxygène expose les soignants qui utilisent cet antalgique à de nombreux effets indésirables, parfois graves. Des pratiques de soins méticuleuses permettent de réduire ces risques.

Depuis les années 2000, l'utilisation d'un mélange de protoxyde d'azote et d'oxygène, alias "meopa", est allée croissant à l'hôpital, comme analgésique pour soulager la douleur lors de soins de courte durée. Son utilisation est autorisée aussi depuis 2009 dans les cabinets dentaires, en ambulatoire et lors des premiers secours. Le plus souvent, il est conditionné en bouteilles prêtes à l'emploi et administré sous forme de gaz, au moyen d'un masque, sinon par un embout buccal.

Utile dans les soins, ce mélange de gaz peut aussi être dangereux pour les soignants, d'autant qu'il est incolore et inodore. Le protoxyde d'azote expose à court terme à des nausées, vomissements, céphalées, et à moyen ou long terme, selon la fréquence et le niveau d'exposition, à des atteintes hématologiques (anémies principalement), neurologiques, hépatiques et rénales. Une toxicité pour la reproduction est plausible.

Des mesures effectuées à plusieurs reprises au cours des années 2010 dans des hôpitaux ont révélé une exposition importante de soignants lors de son utilisation, souvent très au-dessus de la concentration qui sert de référence comme plafond.

L'exposition semble maîtrisable par le recours à des pratiques de soins méticuleuses tenant compte de la dangerosité du produit et l'emploi de masques à double enveloppe aspirante, avec rejet des gaz à l'extérieur des locaux.

Les risques justifient de mieux informer les soignants, et en particulier les soignantes enceintes ou qui ont un souhait de grossesse, pour qu'elles n'y soient pas exposées.

©Prescrire 1er avril 2022

• Texte complet : 

"Exposition professionnelle des soignants au protoxyde d'azote : risques et prévention" Rev Prescrire 2022 ; 42 (462) : 300-303. Réservé aux abonnés.

Je m'abonne à Prescrire
Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Voir aussi :

"Méthoxyflurane - Penthrox°.
Douleurs aiguës en urgence
chez les adultes : moins
de contraintes pratiques
qu'avec le "meopa""
Rev Prescrire 2017  ;
37 (409) : 819-821.
Pdf, réservé aux abonnés

"Mélanges équimolaires
N2O + O2 : arrivée en ville,
pour usage professionnel"
Rev Prescrire 2010 ;
30 (320) : 419-420.
Pdf, réservé aux abonnés  


À découvrir :

Tous les Articles en Une
depuis 2002
Accès libre >