prescrire.org > Tous les articles en Une > Les 100 derniers > Fibrillation auriculaire : apixaban (Eliquis°) en alternative à la warfarine (Coumadine°) dans certaines situations

Article en Une

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

Les 100 derniers :  1 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90

Fibrillation auriculaire : apixaban (Eliquis°) en alternative à la warfarine (Coumadine°) dans certaines situations

Quand une fibrillation auriculaire justifie la prise d'un anticoagulant, la warfarine (Coumadine°) reste l'anticoagulant oral le mieux évalué à long terme. L'apixaban (Eliquis°) constitue une alternative dans certaines situations.

Chez les patients atteints de fibrillation auriculaire exposés à un risque modéré ou élevé d'accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique, un traitement par anticoagulant a en général une balance bénéfices-risques favorable.

En 2019, selon les données de l'évaluation, la warfarine (Coumadine°), un antivitamine K utilisé depuis les années 1950, est l'anticoagulant oral de référence, avec une balance bénéfices-risques favorable dans de nombreuses situations cliniques, notamment chez les patients atteints de fibrillation auriculaire avec une prothèse valvulaire mécanique ou une valve cardiaque mitrale sténosée, et du fait de la possibilité d'adapter sa dose après un dosage sanguin.

Au début des années 2010, des anticoagulants oraux dits directs (AOD), ont été autorisés pour les patients atteints de fibrillation auriculaire sans atteinte valvulaire : le dabigatran (Pradaxa°), l'apixaban (Eliquis°), l'édoxaban (Lixiana°) et le rivaroxaban (Xarelto°). En 2019, les données de l'évaluation en situation réelle de soins permettent de considérer que l'apixaban est une alternative acceptable à la warfarine quand diverses conditions sont toutes réunies, dont : absence de prothèse valvulaire mécanique et de sténose mitrale modérée ou sévère ; débit de filtration glomérulaire estimé supérieur à 25 ml/min ; absence de traitement par AINS.

La balance bénéfices-risques du dabigatran et du rivaroxaban semble moins favorable. L'absence de test utilisable pour évaluer le degré d'anticoagulation avec les AOD est un inconvénient notamment dans certaines situations d'urgence.

©Prescrire 1er mars 2019

"Anticoagulant oral dans la fibrillation auriculaire. Warfarine, ou apixaban, selon la situation clinique" Rev Prescrire 2019 ; 39 (425) : 194-206. (pdf, réservé aux abonnés)

Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter

 

Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

 
Lire le texte complet
Pdf, réservé aux abonnés

Voir aussi :

Vous prenez un anticoagulant
antivitamine K (AVK) :
des précautions à connaître
Fiche Infos-Patients Prescrire 
Pdf, réservé aux abonnés,
à remettre aux patients


Vous prenez un anticoagulant
antivitamine K (AVK) :
surveiller le traitement
Fiche Infos-Patients Prescrire 
Pdf, réservé aux abonnés,
à remettre aux patients


Commencer un traitement
anticoagulant par warfarine
(Coumadine°).
Dans l'actualité
(Décembre 2018)
Accès libre

Vous prenez de l'apixaban,
de l'édoxaban, ou du rivaroxaban :
des précautions à connaître
Fiche Infos-Patients Prescrire 
Pdf, réservé aux abonnés,
à remettre aux patients


Substance(s) : xabans :
rivaroxaban, etc.
Interactions Médicamenteuses
Prescrire
Pdf, réservé aux abonnés