prescrire.org > Tous les articles en Une > Les 100 derniers > Paludisme : prévention chez les voyageurs

Article en Une

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

Les 100 derniers :  1 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90

Paludisme : prévention chez les voyageurs

Pour la prévention médicamenteuse du paludisme, outre les critères géographiques et de conditions de voyage, le choix tient aussi compte des effets indésirables des antipaludiques, des interactions médicamenteuses, du rythme des prises, et du coût.

Le paludisme est une infection causée par un parasite du genre Plasmodium transmis par piqûre de moustiques. L'infection par Plasmodium falciparum est à l'origine de paludisme grave, parfois mortel, surtout en l'absence d'immunité.

Chez les voyageurs qui se rendent en zone de paludisme à P. falciparum, la prévention repose sur des mesures visant à réduire le risque de piqûres de moustiques, particulièrement en soirée et après la tombée de la nuit : port de vêtements couvrants, utilisation de répulsifs. Quand le risque de piqûre transmettant P. falciparum reste élevé, il est recommandé de prendre en plus un traitement médicamenteux préventif.

Selon diverses recommandations, en 2016, la prévention médicamenteuse du paludisme à P. falciparum repose surtout sur l'association atovaquone + proguanil (Malarone° ou autre), ou la méfloquine (Lariam°), ou la doxycycline (Vibramycine° ou autre).

Outre les critères géographiques et de conditions de voyage, les éléments de choix sont les effets indésirables des antipaludiques, les interactions médicamenteuses, le rythme des prises, et le coût, faute de prise en charge par l'assurance maladie en France, sauf pour certains résidents de Guyane.

L'association atovaquone + proguanil a l'avantage d'être arrêtée 7 jours après la sortie de la zone de transmission du paludisme, au lieu de 3 à 4 semaines pour les autres médicaments. Elle expose à une diminution des effets de certains médicaments. La méfloquine expose à des troubles neuropsychiques parfois graves dont la survenue est à tester avant le départ. L'efficacité de la doxycycline est conditionnée au respect des prises régulières à 24 heures d'intervalle et expose à des photosensibilisations.

©Prescrire 1er février 2017

"Paludisme. Prévention chez les voyageurs" Rev Prescrire 2017 ; 37 (400) : 125-127. (pdf, réservé aux abonnés)

Lire le texte complet
Pdf, réservé aux abonnés

Voir aussi :

11-7. Voyageurs sous
chimioprophylaxie du paludisme
Rev Prescrire 2015 ;
35 (386 suppl. Interactions medicamenteuses).

Pdf, réservé aux abonnés

Antipaludiques et prevention :
remboursables seulement pour
certains résidents de Guyane
Rev Prescrire 2009 ;
29 (304) : 99.
Pdf, réservé aux abonnés