prescrire.org > Tous les articles en Une > Les 100 derniers > Cancer du sein : pas de bévacizumab (Avastin°)

Article en Une

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

Les 100 derniers :  1 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90

Cancer du sein : pas de bévacizumab (Avastin°)

Chez les femmes atteintes d'un cancer du sein métastasé, les 5 essais comparatifs disponibles montrent que l’ajout du bévacizumab (Avastin°) aux chimiothérapies habituelles n’augmente pas la durée de survie globale, alors que ses effets indésirables compromettent la qualité de la survie.

Chez les femmes atteintes d’un cancer du sein métastasé, le traitement fait appel à une chimiothérapie cytotoxique ou à une hormonothérapie. Plusieurs protocoles sont proposés, il n’y a pas de chimiothérapie de référence.

Selon les 5 essais cliniques disponibles menés chez des milliers de femmes au total, l'ajout de bévacizumab (Avastin°) aux chimiothérapies habituelles ne s'est traduit par aucun allongement de la survie globale.

En traitement de première ligne, la durée de survie avant aggravation du cancer du sein n’a été au mieux allongée que de 5,5 mois. En deuxième ligne, les résultats en termes d’allongement de la durée de survie avant aggravation ont été divergents selon les essais.

L’ajout du bévacizumab se traduit par une fréquence accrue d'effets indésirables souvent graves : troubles cardiovasculaires, hémorragies tumorales, perforations digestives et nasales, fistules, retards à la cicatrisation des plaies, troubles hématologiques, etc.

Aux États-Unis d’Amérique, l'ensemble de ces données a conduit au retrait de l’autorisation du bévacizumab dans le cancer du sein.

En Europe, le bévacizumab est autorisé en association avec certains autres anticancéreux et pas avec d'autres.

Au total, dans l’intérêt des patients, mieux vaut en rester aux protocoles de chimiothérapie habituels, sans ajouter de bévacizumab.

D’autre part, la dépense médicamenteuse d’un traitement par bévacizumab pour une femme de 60 kg est d’environ 5 000 € toutes les 6 semaines. C’est beaucoup pour un médicament si peu intéressant.

©Prescrire 1er février 2012

"Bévacizumab et cancer du sein (Avastin°). Un ajout peu utile et trop risqué" Rev Prescrire 2012 ; 32 (340) : 101. (pdf, réservé aux abonnés)

Lire le texte complet
Pdf, réservé aux abonnés

Pour en savoir plus :

1-2 : patientes ayant
un cancer du sein
Guide interactions
médicamenteuses
(décembre 2011)
Pdf, réservé aux abonnés

Bévacizumab :
un profil d'effets
indésirables chargé
Rev Prescrire 2011 ;
31 (337) : 836.
Pdf, réservé aux abonnés

Bévacizumab - Avastin°.
Cancer du sein métastasé,
suite : ne pas alourdir
inutilement le traitement
Rev Prescrire 2010 ;
30 (317) : 176.
Pdf, réservé aux abonnés