prescrire.org > Tous les articles en Une > Les 100 derniers > Bilan thérapeutique Prescrire 2018 : mieux informer les patients

Article en Une

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

Les 100 derniers :  1 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90

Bilan thérapeutique Prescrire 2018 : mieux informer les patients

Le bilan Prescrire 2018 aide les soignants à apporter des informations à partager avec les patients.

Dans son numéro de janvier, Prescrire publie son bilan thérapeutique de l’année écoulée, qui récapitule notamment des informations et des incertitudes à partager avec les patients.

Ce bilan récapitule des informations à partager avec les patients telles que : renseigner les victimes de violences conjugales sur les ressources possibles et sur leurs droits ; conseiller aux femmes enceintes gênées par un mauvais sommeil des mesures autres que médicamenteuses telle que la valériane, une option ponctuelle, à réserver aux 2e et 3e trimestres et en évitant les extraits alcooliques de titre élevé de cette plante.

Expliquer aux patients que certains médicaments sont à écarter, notamment en raison de leur balance bénéfices-risques défavorable ou incertaine, par exemple : la méphénésine (Décontractyl°, Décontractyl baume°), un myorelaxant dans les douleurs musculaires, dont l’efficacité clinique est incertaine au-delà d’un effet placebo, l’isothipendyl (Apaisylgel°, Sedermyl°) dans les prurits liés notamment aux piqûres d’insectes qui expose à des réactions cutanées graves alors qu’il n’a pas d’efficacité clinique démontrée.

Informer les patients sur les inconvénients ou les effets indésirables de médicaments, par exemple contraception hormonale : pertes totales de la libido, risque accru de cancers du sein, risque de dépressions et suicides.

Expliquer aux parents qu’en cas d’otite moyenne aiguë chez un enfant, un contrôle systématique des tympans ne semble pas nécessaire, puisqu'en général, il est possible de se fonder sur les symptômes rapportés par les parents pour déterminer le suivi ; et aussi qu’en cas d’otites moyennes avec épanchement persistant attendre au moins 3 mois la résolution spontanée de l’épisode est l’option à préférer.

©Prescrire 1er janvier 2019

"Enrichir et mettre à jour sa panoplie pour mieux soigner - Le tri parmi les 954 textes publiés par Prescrire en 2018" Rev Prescrire 2018 ; 39 (423) : 26-55. (pdf, réservé aux abonnés)

Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter

 

Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

 
Lire le texte complet
Pdf, réservé aux abonnés