prescrire.org > Tous les articles en Une > Les 100 derniers > Bilan thérapeutique Prescrire 2018 : et si c'était le médicament ?

Article en Une

Chaque mois, la Rédaction publie des informations en accès libre.

Les 100 derniers :  1 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90

Bilan thérapeutique Prescrire 2018 : et si c'était le médicament ?

Savoir penser aux médicaments comme une des causes possibles des troubles qui affectent un patient.

Chaque année, Prescrire établit un bilan thérapeutique de l’année qui rassemble notamment diverses situations où penser à une cause médicamenteuse face à un trouble peut rendre service aux patients. Par exemple : la métopimazine (Vogalene°, Vogalib°) expose à des troubles cardiaques ; des psoriasis ont été imputés aux sartans ; la loratadine (Clarityne° ou autre) et la desloratadine (Aerius° ou autre) exposent à des prises de poids ; certains médicaments exposent à des gynécomasties (augmentation du volume des seins chez l’homme), notamment les médicaments de l’hypertrophie et du cancer de la prostate, les neuroleptiques, certains diurétiques, le kétoconazole (Kétoconazole HRA°).

Des médicaments causent des écoulements de lait : neuroleptiques, y compris ceux utilisés comme antiémétiques (dompéridone (Motilium° ou autre), métoclopramide (Primperan° ou autre), métopimazine (Vogalene°, Vogalib°)), des antidépresseurs, des antiandrogènes, méthadone (Méthadone AP-HP°), mélatonine (Circadin°), carbamazépine (Tegretol° ou autre).

Des médicaments sont parfois en cause dans la survenue de lithiases vésiculaires, notamment : anti-infectieux, dont la ceftriaxone (Rocephine° ou autre) et le voriconazole (Vfend° ou autre), estrogènes ; hypocholestérolémiants (fibrates, ézétimibe (Ezetrol° ou autre)), le dipyridamole (Persantine° ou autre, un antiagrégant plaquettaire).

Les médicaments qui causent ou aggravent des syndromes des jambes sans repos sont surtout des antidépresseurs, des neuroleptiques, des antihistaminiques H1, la trimétazidine (Vastarel° ou autre), la lévodopa, le tramadol (Topalgic° ou autre), le baclofène (Lioresal° ou autre). Des ostéonécroses de la hanche, du fémur ou de l’humérus ont été imputées à un diphosphonate, l’acide zolédronique (Zometa°, Aclasta° ou autre).

©Prescrire 1er janvier 2019

"Enrichir et mettre à jour sa panoplie pour mieux soigner - Le tri parmi les 954 textes publiés par Prescrire en 2018" Rev Prescrire 2018 ; 39 (423) : 26-55. (pdf, réservé aux abonnés)

Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter

 

Partager
Partager sur Facebook Partager sur Twitter

 
Lire le texte complet
Pdf, réservé aux abonnés